Nos prochains rendez-vous… mais adieu à mes biographies…

Nos prochains rendez-vous... mais adieu à mes biographies...  dans Bonus BLACKEYEDPEAS-198x300µ

Par manque de temps, ce blog ne sera pas vraiment mis à jour aussi régulièrement qu’avant…

D’ailleurs, il y a la sortie ce 17 février de cette nouvelle biographie que j’ai écrite sur les BLACK EYED PEAS, qui sort enfin… Mais surtout… N’oubliez pas mes deux nouveaux projets de mars… 16 mars : sortie de « IL ETAIT UNE FOIS… SHY’M » et le 23 mars,   »CANCER… CE N’ETAIT POURTANT PAS MON SIGNE ASTROLOGIQUE »… Le récit de mon année 2011 consacrée à un putain de cancer qui m’a bousillé mes 40 ans… Ces deux derniers livres sortiront aux Editions Grimal…  Sinon, rdv le 23 mars dans « 100% Mag » à propos d’un sujet Lady Gaga / Madonna… Un combat ridicule et monté par les médias… Par ailleurs, après survolé l’univers de Shy’m, je prends la décision de stopper ma carrière de biographe… En effet, je souhaite me consacrer aux romans, à l’écriture de pièces de théâtre et à la mise en scène… J’espère que mes lecteurs me suivront dans mes nouveaux voyages littéraires… Bises…

 

 

 

 

 

Les soupirs de Tristana… Une nouvelle inédite !

 

Les soupirs de Tristana... Une nouvelle inédite !  dans Divas lessoupirs-212x300

Les soupirs de Tristana – Une nouvelle inédite…

Tous les visages expriment de la douleur. Le bébé n’a pas crié.

À cette terrible annonce, l’excitation qui régnait dans la salle de l’accouchement est retombée aussitôt. Ce divin enfant qui devait s’appeler Jules, le futur champion de foot n’a pas émis le moindre son.

Les sages-femmes, habituées à ce genre de malencontreux événement se sont mises sur le côté, respectant le silence douloureux des parents. Elles toisent avec méchanceté la plus jeune d’entre elles, comme pour lui signaler que cet échec était le fruit de son inexpérience. À leurs yeux, elle est le corbeau qui a volé trop bas, le couac de cet acte si généreux.

Le médecin, quant lui, réfléchit à son discours formaté face à ce genre de situation tout en salivant d’avance sur l’image de la pulpeuse dinde aux marrons qu’il a croisé ce matin sur la table de la cuisine et qui allait faire le bonheur de son palais, ce soir.

Au milieu, la jeune mère ne comprend toujours pas.

Ses traits restent figés par cette douleur inutile qu’elle vient de subir pour extirper le futur petit génie de sa boîte. Un surdoué qui ne partagera jamais ses dons pour le petit ballon rond.

À la vue de cette petite âme inerte, le père a lâché immédiatement la main de cette épouse ingrate qui n’était même pas capable de lui mettre au monde un bébé. Il la rejette à présent pour bien lui faire comprendre que s’il était resté neuf mois supplémentaires avec elle, c’était pour le petit Jules, et uniquement pour lui.

Il est à présent libre de quitter cette pièce pour aller retrouver la femme qu’il aime, cette femme qui n’attend qu’une chose : lui faire un enfant vivant.

Cruelle mentalité.

Nous sommes le 25 décembre.

Une bien triste date pour cette famille détruite pour qui le jour de Noël n’évoquera plus la naissance du Christ, mais plutôt le décès de leur petit dieu.

Une nouvelle pierre noire qui tombe sur la blancheur de la neige comme une larme de sang glissante sur une joue innocente.

Ce même jour, non loin de là, dans un salon minuscule, une vieille dame se balance sur son rocking-chair. Elle pense à ses enfants qu’elle a perdus depuis bien longtemps, tombés pour la France sur une terre étrangère. Ses deux beaux gaillards au menton imberbe qu’elle n’a jamais revus depuis qu’ils ont pris ce train de la mort.

 

 

 

Bientôt, elle va pouvoir les consoler. Leur dire qu’elle les aimait plus que tout au monde. Juste attendre que le poison se noie dans ses veines. Elle n’aura plus jamais froid et ne fêtera plus jamais Noël toute seule. Toujours toute seule.

Par la fenêtre de son appartement, Tristana assiste à ces scènes le regard désespéré. Impuissante, elle connaît la suite des épisodes. Le mari ira retrouver sa maîtresse pendant que la jeune maman accrochera une corde noire au plafond de sa chambre. Elle émettra son dernier souffle juste au moment où la vieille femme tombera de son fauteuil à bascule, le crâne écrasé contre le radiateur.

Des scènes qu’elle connaît trop bien. Oui, trop bien.

Honteuse, Tristana préfère baisser le regard. Elle est lasse de tous ces décès. Depuis ce début de journée, la mort a fait du zèle. Ce matin, un accident mortel de sauveteurs de haute-montagne, à midi l’éruption d’un volcan puis à l’heure du digestif, le carambolage qui a entraîné la mort d’une cinquantaine de personnes et maintenant le décès de cet enfant, de sa mère et puis le suicide de cette vieille femme. Et l’après-midi ne fait que commencer.

Ce 25 décembre va être encore bien sombre pour sa réputation.

C’est indéniable, elle doit s’entretenir avec Dame Nature. Toutes ces morts doivent cesser. Avec ce taux de mortalité record, comment pourra-t-elle rester de glace jusqu’à la fin de cette saison sans fondre de tristesse ?

Une fois sa décision prise, c’est d’un pas décidé qu’elle se dirige vers le téléphone pour contacter Dame Nature. Heureusement pour elle, le Seigneur du Feu vient de décommander son rendez-vous, Dame Nature peut donc la recevoir le lendemain, en fin de matinée.

À présent, c’est Rosa qu’il faut convaincre, sinon c’est une nouvelle Berezina qui risque de se soulever. Tristana ne peut s’absenter aussi facilement sans craindre le déluge.

En composant le numéro de celle-ci, elle se concentre pour s’envoyer une vague d’ondes positives. Sa sœur doit se réveiller ! Première sonnerie. Rien…  Des stalactites de sueur gèlent sur son front. Deuxième, troisième. Une éternité et personne ne décroche… ouf ! La quatrième sonnerie est la bonne. À l’autre bout du combiné, une voix encore endormie articule un « Allô ! » ensommeillé. Tristana ne lui accorde pas le temps de se réveiller tranquillement et se lance de suite dans une longue explication sur les trop grands malheurs qu’elle rencontre ces derniers jours.

- Alors, voilà, je me disais que tu pourrais me remplacer quelques heures, le temps que j’aille voir Dame Nature… oui, j’ai réussi à avoir un rendez-vous demain. Et tu sais qu’elle habite à cent mille lieues ! La route sera longue, et je dois me dépêcher ! … oh, oui ! Tu peux ? Tu es la meilleure ! D’accord, je t’attends.

Elle raccroche. Une petite lueur rouge apparaît sous sa peau cristalline. Son chagrin oublié, elle fonce dans sa chambre pour enfiler sa plus belle robe. En passant devant sa fenêtre, elle en profite pour prendre une poignée de poussière dans un long vase en cristal qu’elle lance dehors en criant joyeusement.

- Tenez, voilà quelques flocons de neige ! Et soyez prudents !

Rosa habite à deux pas. Le trajet est rapide. Ce n’est pas la première fois que les deux sœurs s’entraident. Entre saisons, elles peuvent bien se donner un coup de pouce de temps en temps. Une complicité qui a le chic d’énerver Diva, leur sœur Eté.

« Une saison ne doit pas faire de sentiment mais agir ! » aime-t-elle à répéter en envoyant toujours plus de foudre sur la terre au risque de déclencher un incendie forestier. Mais, elle n’en a que faire ! Elle sait bien que de toutes ses sœurs, c’est elle la plus populaire ! Malgré tous les incidents qu’elle peut provoquer par son humeur capricieuse, les hommes l’adorent. Avec ses longs cheveux noirs et sa peau bronzée, elle croit que tout le bonheur de l’humanité lui est dû. Elle sait bien qu’au cours de ses quatre mois de règne, ses disciples sont plus résistants car sa chaleur détruit leurs microbes et parce qu’ils sont heureux de traverser les vacances les plus longues de l’année, Diva est convaincue d’être la Reine de Beauté de toutes les saisons. Tristana est même persuadée que si le bébé était mort en plein mois de juin, les parents auraient pensé que ce n’était pas si grave que cela. La mère ne se serait pas suicidée de peur que quelqu’un d’autre occupe le studio à la Grande Motte qu’elle avait loué. Dans sa chambre, seule, à regarder la nature ensevelie dans un manteau blanc, comment pouvait-elle penser à autre chose qu’à la mort ? Idem pour la vieille dame qui n’aurait jamais cédé à l’angoisse de la solitude, allongée sur une chaise longue à lézarder dans son jardin, son verre de sherry dans la main gauche et un « croustillant » Barbara Cartland dans la main droite.

Oui, il fallait que les choses changent ! Marre que les fanatiques de Diva brûlent sur un bûcher la beauté d’un paysage enneigé pour préférer cette sœur cruelle et à la prétention enflammée. Oui, cet entretien avec Dame Nature devait changer le destin des saisons : des cartes sont à redistribuer.

Rosa arrive enfin toute essoufflée.

- J’ai fait le plus vite possible, mais j’ai dû passer par le jardin pour contourner les appartements de Diva, elle m’aurait certainement envoyé un coup de foudre si elle m’avait surprise allant chez toi.

- Et Mélancolia ? s’inquiète Tristana en fronçant les sourcils.

Rosa la rassure aussitôt.

- Oh ! De son côté, nous n’avons rien à craindre ! Elle dort comme une bienheureuse en comptant ses feuilles tomber. Et puis, ce n’est pas elle qui fera vent de quoi que ce soit ! Elle déteste autant que nous Diva, surtout quand elle empiète sur sa saison. Rappelle-toi combien de fois Diva a comme par hasard oublié de la réveiller en plein mois d’octobre !

- Oh oui, que je m’en souviens ! C’est encore moi qui ai tout pris dans la figure avec un pourcentage de grippes énorme. Normal, les hommes n’ont pas eu le temps de s’acclimater au changement de saison… enfin, n’en parlons plus. Il est l’heure que je m’en aille. Elle enlace Rosa et l’embrasse sur la joue. Je te remercie pour tout !

- Oh… de rien ! Tu sais bien que j’adore voir le visage heureux des hommes quand je fais une petite apparition imprévue ! Allez, vas-y et bonne chance !

 

Pour accéder au Royaume de Dame Nature, c’est tout un périple qui commence à l’entrée d’une grotte, peuplée de petits chemins tortueux, de tunnels remplis de rats menaçants et de chauves souris hystériques aux yeux jaunes. Tristana, de son souffle glacial arrive à les tenir à distance. Il ne manquerait plus que l’Hiver se fasse détruire par ces petites bestioles de la nuit. Non, elles ne sont pas aveugles les chauves souris. En sentant que l’impressionner ne sert à rien, elles préfèrent se plonger dans leur long sommeil pour laisser passer cette belle créature à la robe si blanche.

Après des kilomètres à marcher dans ce dédale sombre, Tristana arrive enfin à la porte du Royaume de Dame Nature qui s’ouvre tout naturellement à son approche. Émerveillée, elle tombe nez à nez devant le paysage paradisiaque de cette grande vallée verte et resplendissante. Fatiguée, mais heureuse d’approcher à la fin de son voyage, elle décide de faire une courte pause dans un village à deux pas du Royaume. Sur la pancarte de l’entrée de la commune est inscrit : « Fée’s Land »

Une excellente occasion pour Tristana de croiser des êtres différents de ces humains qu’elle a tous les jours sous sa fenêtre.

À peine a-t-elle dépassé la pancarte qu’une mélodie se met à jouer. La symphonie du bonheur. Autour d’elle, tout n’est plus que poussière d’anges et lumières étincelantes qui virevoltent dans ce ciel bleu azur.

« C’est féerique ! Heureusement qu’elles n’ont pas à payer l’électricité, elles. » pense Tristana avant d’entrer dans une petite chaumière qui a tout l’air d’être le restaurant du village. Cette traversée de flaques boueuses lui a donné soif. De petites créatures aux ailes translucides et au corps menu interrompent net leurs bavardages à son arrivée. Tristana sourit, mal à l’aise. Les étrangers devaient être rares à en juger la curiosité qu’elle venait de provoquer. Il est vrai qu’elles ne la connaissent pas. Jamais, elle ne s’était arrêtée dans ce village. Tant mieux, des injures seront évitées.Sans faire plus attention à l’intérêt subit qu’elle provoque, Tristana va s’installer à une petite table au fond de la salle.

Une jeune fée aux cheveux bleus s’empresse de voler vers elle pour lui prendre sa commande.

- Bonjour… dit-elle timidement. Et bienvenue dans notre humble restaurant. Nous ne sommes pas habituées à avoir des clientes aussi… aussi…

- Aussi, quoi ? demande Tristana, étonnée.

- Aussi belle et gracieuse ! Vous ressemblez comme deux gouttes d’eau à l’actrice humaine Grace Kelly. Même si, je me doute bien que vous n’êtes pas humaine ! Pas folle, la fée ! Un humain ne connaît pas notre village… Elle rougit. Oh ! Excusez-moi, je suis vraiment trop indiscrète… Donc, revenons à nos étoiles, que souhaiteriez-vous manger ?

- Ne soyez pas désolée. On me fait si peu de compliments. Les beautés froides sont d’habitude si dénigrées. Concernant la commande… je me contenterai d’un verre de glaçons, avec un tout petit peu de citron.

- Un verre de glaçons et du citron ? interroge la petite fée abasourdie.

- Oui, s’il vous plaît.

 

 

La serveuse rejoint en vitesse ses autres amies à qui elle chuchote quelques phrases. Pour une raison que Tristana ignore, toutes quittent immédiatement le restaurant. Elle commence à avoir peur. Mais, leur absence est de courte durée. Elles reviennent aussitôt accompagnées d’autres fées. Un véritable petit essaim vient de prendre naissance sous ses yeux. Le silence interrogatif du début s’est transformé en un bourdonnement incompréhensible.

La jeune fée aux cheveux bleus sort de la cuisine avec un large verre de glaçons dans lequel flottent des tranches fines de citron. Concentrée sur son plateau de peur que le verre ne tombe, elle se dirige vers l’étrangère.

- Voilà, mademoiselle… dit-elle en posant délicatement le verre intact sur la table.

- Merci ! J’avais si soif !

- Dîtes. Je vais encore faire l’indiscrète, mais des bruits courent du côté du bar que vous êtes la célèbre Tristana ! Est-ce vrai ?

Tristana ne sait que dire. Elle refuse de mentir, mais craint la réaction de cette jolie créature qui s’est montrée si courtoise avec elle. Elle sait le manque de popularité dont elle jouit. Elle réfléchit. Mentir ne serait pas digne d’une grande saison, et puis, les fées n’ont pas la réputation d’être de mauvaises filles. Au contraire.

- Oui, parce qu’ici, on vous adore ! Toutes les fées du village rêvent de vous ressembler !

Tristana, soudainement rassurée, lui répond d’une voix douce.

- Oui, Tristana, c’est moi.

Cette affirmation provoque un effet immédiat : les fées s’empressent autour de la belle Dame étrangère. D’autres nouvelles venues envahissent le restaurant et en un battement d’ailes, Tristana se retrouve un beau stylo plume à la main et du papier sous le coude à signer des autographes.

De nombreuses questions fusent de toutes parts :

- Et Rosa, elle est aussi belle que vous ?

- Pourquoi est-ce que Diva est si méchante avec vous ?

- Est-il vrai que Melancolia dort sur un gros tas de feuilles ?

- Comment faîtes-vous pour avoir une peau si douce ?

Tristana, déboussolée par cette passion soudaine, ne sait plus où donner de la tête. Calmement, elle reprend ses esprits et répond à toutes les interrogations des fées, s’étonnant même de ne pas être aussi cruelle qu’elle aurait voulu l’être à l’égard de cette ingrate Diva.

Au bout d’une centaine d’autographes, il est temps pour elle de quitter son nouveau public.

 

Quand pour finir, elles lui demandent la raison de ce voyage, Tristana hésite encore une fois. Se lamenter devant ces joyeux êtres de lumière ? Jamais. Elle leur dit juste.

- Oh ! Une simple visite de courtoisie chez Dame Nature, c’est tout.

C’est le cœur rempli de regrets que Tristana abandonne ses nouvelles amies leur promettant de revenir le plus rapidement possible. Elle a encore un peu de route à faire et il ne s’agit pas de faire attendre Dame Nature.

Sur le reste du chemin, ses pensées vont justement vers elle. Cela fait bien deux siècles qu’elle ne l’a plus revue. La dernière fois qu’elle lui avait demandé un rendez-vous, c’était à cause des loups. Leur appétit devenait trop encombrant et les hommes, des victimes trop faciles quand le froid arrivait. Elle avait souhaité que Dame Nature intervienne afin de les rendre végétariens. Trop d’innocentes victimes finissaient broyées sous leurs mâchoires quand ils ne trouvaient plus leurs casse-croûte enfouis bien profondément dans la neige. À défaut de rendre ces voraces bêtes végétariennes, Dame Nature fut obligée de les faire sacrifier pour épancher la colère des hommes. Lors de cet entretien, Tristana l’avait déjà trouvée un peu fatiguée. Aujourd’hui, allait-elle se retrouver en face d’une grand-mère à la beauté effacée par des rides creusées ? Cette déchéance physique ne serait pas surprenante, avec toutes les tortures chimiques que lui infligent les humains et toutes ses forêts détruites pour ériger des villes toujours plus impressionnantes. Quel dommage que l’homme se sente obligé d’en vouloir toujours plus.

C’est perdue dans ses réflexions sur la plastique de Dame Nature que Tristana bute violemment contre un petit rocher. Un cri strident de douleur s’échappe de la rocaille.

- Aïe !

Étonnée, elle baisse rapidement la tête pour s’excuser de sa maladresse vis-à-vis du petit rocher. Dans cette contrée, elle doit s’attendre à tout. Et puis, un rocher, malgré son aspect robuste, pouvait très bien éprouver des sentiments ! Ne dit-on pas d’elle qu’elle a un cœur de pierre ? Alors qu’elle est aussi émotive qu’une petite fleur des prairies ! Néanmoins, elle réalise qu’elle est victime de son imagination, le petit rocher n’est autre qu’un petit lutin vert qui se masse le pied d’une façon énergique.

- Vous pourriez faire attention ! Je n’en ai que deux ! grogne-t-il dans sa longue barbe. Si on ne peut plus marcher sans avoir peur de se faire buter au tibia !

Tristana est sincèrement confuse.

- Oh ! Excusez-moi, mais j’avais l’esprit ailleurs.

- Oui, peut-être, mais moi, j’étais bel et bien là ! La prochaine fois, regardez les panneaux ! dit-il en montrant une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Attention, traversée de lutins, ralentissez votre allure ! »

- D’accord, j’ai eu tort, mais je suis pressée, je m’excuse encore une fois.

- M’ouais, bon ça ira pour cette fois ! Mais, au prochain coup, je risque d’être moins conciliant !

Remise de cette surprise, Tristana se reprend. Elle a passé l’âge de se faire réchauffer les orteils, et par un lutin, en plus.

- Mais ne vous a- t-on jamais dit qu’il fallait regarder avant de traverser ! Et puis, il faudrait vous faire installer des passages piétons, comme chez les humains…

- Et puis quoi encore ! Faire comme ces monstres ! Jamais ! Pour finir entre une petite fontaine et des pots de géraniums ! En décoration de jardins… non merci ! D’abord, qui êtes-vous ? C’est plutôt rare de voir des étrangers dans le coin ! La dévisageant de bas en haut, il ne lui laisse pas le temps de répondre. Attendez, je vais essayer de deviner. Je connais votre visage. Je me rappelle l’avoir déjà vu dans un livre. Vous pouvez relever la tête ? demande-t-il avec autorité.

Soumise, Tristana s’exécute et dresse son menton.

- Je suis certain de vous avoir vu…

Une sonnerie retentit. Brusquement, il sort une montre de son gilet.

- Oups ! Je vais être en retard ! Bon, ma petite dame, ce n’est pas que votre compagnie m’indispose mais je dois y aller sinon ça va être ma fête. La petite, depuis qu’elle s’est perdue dans notre forêt, elle ne plaisante pas. Mais on se retrouvera, j’en suis certain !

A ces mots, trois petits tours et puis s’en vont, il fonce dans un buisson pour disparaître.

« Étrange petit être ! » se dit Tristana avant d’achever sa route.

Au loin, elle voit la grande porte de l’entrée du Palais. Elle regarde autour d’elle. Chance. Une fontaine est tout proche. Elle s’approche de l’eau et se baisse délicatement afin de vérifier que ses cheveux sont bien attachés et que son teint diaphane n’a pas pris trop de soleil durant ce voyage. Non, tout est parfait. Elle se relève et prend une forte inspiration. Elle est fin prête à affronter Dame Nature !

Dans cet univers où tout n’est que magie, à peine a-t-elle franchi le seuil de la grande porte qu’elle se retrouve dans une immense salle toute dorée. Des elfes aux oreilles pointues, les serviteurs de Dame Nature, lui demandent de patienter un instant tout en commençant à danser autour d’elle. Tristana est étonnée par cette cérémonie incongrue, voire très gênée d’être encerclée par ces elfes et leurs sourires amoureux à son égard. Une musique de Vivaldi commence à résonner, suivie d’une marche nuptiale. C’est l’arrivée en grandes pompes de Dame Nature. La petite troupe de danseurs hilares s’enfuit aussitôt pour laisser les deux femmes converser tranquillement.

La première chose qui frappe Tristana est l’aspect de Dame Nature. Même si elle a légèrement maigri, ce qui lui va plutôt bien, elle est toujours aussi rayonnante de beauté pour ne pas dire luxuriante ! À croire que les dernières inventions diaboliques des humains n’ont eu aucun effet sur elle. Elle paraît même plus jeune. Tristana se baisse pour exécuter sa plus gracieuse révérence. Aussitôt, Dame Nature lui demande de se relever.

- Allons, allons, Tristana ! Pas de ça entre nous ! Nous nous connaissons depuis assez longtemps pour nous éviter ces pratiques obsolètes ! Relève-toi et montre-moi comme tu es belle !

Tristana se relève, tout intimidée par cette familiarité. Dame Nature n’étant pas du genre à copiner aussi facilement avec ses sujets, elle doit doubler de vigilance. Le but de ce rendez-vous n’est pas de prendre une tasse de thé et de parler de la mort de Michael Jackson, mais de changer son sort de marâtre.

- Hum ! Les fées n’avaient pas tort ! Tu es le portrait craché de Grace Kelly… elle soupire. La pauvre, une fin si atroce ! Enfin, cette mort prématurée lui a évité bien des tracas : le disque de sa fille, le mariage arrangé de son fils…

Tristana doit agir, connaissant trop bien la tactique de détournement de Dame Nature : « embrouiller ses sujets avec des faits mondains afin qu’ils ne souviennent plus de la raison de leur venue. »

Tout en gardant le ton le plus courtois, Tristana trouve des phrases élégantes pour lui fait comprendre qu’elle n’a pas fait ce long chemin pour parler de la famille Rainier, mais pour examiner son cas qu’elle juge désastreux.

Dame Nature s’excuse de s’être laissé emporter par sa passion des têtes couronnées.

- D’accord, ne parlons plus de ces gens-là… alors, que puis-je faire pour toi ? J’espère que ce ne sera plus une histoire de loups, car je n’en ai plus beaucoup en réserve.

- Oh! Non, Dame Nature. C’est un problème général. Voilà, (elle avale son souffle), depuis ma plus tendre enfance, je porte la lourde charge sur mes épaules fluettes d’être la saison du malheur, la fin d’un cycle. Je suis la benjamine la plus mal aimée de l’Univers entier. Tous les avantages ont été offerts à mes sœurs aînées. En souhaitant leur éviter un maximum de contraintes, on leur a donné tous les avantages. Aussi à ma naissance, on a bien été obligé de ressortir du grenier tous les inconvénients afin qu’ils ne moisissent pas. Et qui en a hérité ? C’est moi ! Regardez ma plus grande sœur, la douce et gentille Rosa. Elle symbolise à elle-même les amours qui naissent dans un champ de cerises et de roses. Puis, vient Diva, la saison des fêtes nocturnes où le sommeil d’amour dort tendrement, nu sur une plage du sud de la France. Quant à Melancolia, elle arrive pour annoncer que la maudite arrive. La brise devient fraîche, les beaux jours sont finis. Elle annonce ma venue ingrate qui va terrasser les Amours d’un grand souffle glacé laissant pleurer les cœurs sur une grande plaine enneigée. C’est trop injuste ! Et je ne parle pas que des amours. Je détruis tout sur mon passage ! La nature, les hommes… personne n’échappe à mon haleine mortelle. Nul n’est à l’abri de cette force que je maîtrise si mal, de ces dons damnés que j’aimerais écraser sous mes icebergs. C’est pour toutes ces raisons que je viens me jeter à vos pieds pour supplier votre aide.

Dame Nature, qui a bien suivi l’exposé du début à la fin, sans pouvoir s’empêcher de laisser échapper quelques bâillements, acquiesce.

- Oui, ma petite, je comprends bien. Mais, que puis-je faire pour que ton statut te soit plus agréable ? Un statut qui ma foi a bien évolué ces dernières décennies. Tu as eu beaucoup de chances ! Entre la popularité qu’ont prise les vacances d’hiver, l’invention du chauffage électrique… Beaucoup de jeunes filles que je côtoie rêveraient d’être à ta place !

- Qu’elle la prenne ! s’emporte Tristana en tendant les veines de ses bras vers Dame Nature. Je leur concéderai avec joie pour m’installer dans votre Royaume dans une petite maison, tranquille, loin de l’agressivité des humains. Avec tout le respect que je dois à votre rang et que je vous dois, je tiens à vous dire que je n’en peux plus. Je suis harcelée de tous côtés et ma boîte aux lettres regorge de menaces de mort ! Il ne manquerait plus que leurs savants trouvent un moyen de me retrouver afin de m’asseoir sur leur chaise électrique !

Les nerfs craquent. Tristana ne peut réprimer un large sanglot. Dire à haute voix ce qu’elle rumine depuis si longtemps lui provoque une réaction violente.

Dame Nature ne reste pas insensible face à son désespoir. Ses yeux commencent à briller. Jamais elle n’avait vu une de ses saisons aussi déprimée. Elle enlace Tristana et la colle contre son opulente gorge en lui caressant la tête.

- Doucement, doucement ma petite, tu ne dois pas pleurer, ce n’est pas digne de toi ! Plus tu pleures, plus tu vas faire tomber de la grêle. Pense aux inondations que tu vas provoquer, à tous ces malheureux qui vont mourir de froid. Ne fais pas de caprices ! Tu devrais être fière d’être l’hiver.

Tristana s’énerve et rejette son étreinte.

- Comment pouvez-vous parler de fierté alors que mon nom est associé à la colère, à la haine, à l’horreur et au labeur dur et forcé ?

- Ne sois pas si dure envers toi ! Chaque saison que j’ai créée a une mission bien précise.

- Oui, mais la mienne est de faire souffrir l’homme, et ce, malgré un renfort de communication. Toute cette fortune gaspillée pour faire la promotion d’une cause perdue d’avance. Faites quelque chose pour moi, je vous en supplie ! Sinon, je ne sais pas de quoi je serai capable. Imaginez que je me laisse fondre de désespoir, votre nature en prendrait un coup ! Cela provoquerait certainement une catastrophe sans pareil pour votre univers de prairies et de champs de fleurs !

L’heure est grave. Dame Nature réfléchit puis annonce d’un ton solennel.

- Je ne te promets rien Tristana, mais je vais organiser une réunion au sommet avec les quatre éléments. J’ai ma petite idée pour te rendre la vie plus belle. En attendant, reste de glace et surtout, ne fais pas de bêtises !

Tristana, remise de ses émotions, embrasse la main de Dame Nature en se confondant en remerciements sincères. Elle doit à présent se dépêcher si elle veut rentrer avant le coucher du soleil.

Sur le chemin du retour, Tristana est perplexe. Elle ne sait pas si elle doit s’estimer contente de cet entretien. Certes, émouvoir Dame Nature est un bon point en sa faveur, mais tout lui a semblé trop facile. D’ailleurs, que pourra-t-elle bien inventer pour lui améliorer son sort ?

Elle-même ignore ce qui pourrait être meilleur pour elle ! Annuler l’hiver ? Non… c’est impossible. Cette saison est primordiale pour le bon déroulement de la Vie naturelle. Lui trouver une remplaçante ? Jamais ! Elle préfère mourir que de céder son trône. Et pourtant, elle ne souhaite pas mourir. Elle serait responsable de tant de morts qu’elle passerait la fin de ses siècles à brûler en Enfer… Non, elle souhaite juste être aimée au même titre que ses sœurs…

 

De loin, Tristana aperçoit le village des fées. Malgré sa promesse, elle décide de passer outre, ne trouvant pas le courage d’une deuxième séance de dédicaces. Elle longera donc la rivière qui l’amènera directement à l’entrée de la grotte.

Juste avant de pénétrer dans cette terrifiante caverne, Tristana se retourne une dernière fois pour admirer avant très longtemps, le royaume de Dame Nature.

Sans savoir pourquoi, des larmes abondantes ressurgissent de son regard. Elle s’assied sur l’herbe verte pour pleurer encore et encore. Elle se sent si malheureuse de retourner chez elle pour retrouver la haine des hommes.

Une petite voix masculine s’adresse alors à elle.

- Comment une belle femme comme vous peut-elle être aussi accablée ?

Tristana regarde dans la direction de cette voix. Sa vue, embuée par les larmes, ne distingue qu’une petite silhouette qui lui tend un mouchoir. Elle s’en empare, murmure un remerciement et s’essuie le visage inondé de pleurs.

Le visage sec, sa vue revient. Elle peut à présent découvrir les traits de son bienfaiteur qu’elle imagine charmant. Mais, quelle ne fut sa stupéfaction quand elle reconnut le propriétaire du mouchoir ? Aussitôt, son Prince s’écroula sous le poids de son cheval pour céder sa place au désagréable lutin qu’elle avait rencontré juste avant son rendez-vous avec Dame Nature.

- J’vous l’avais bien dit qu’on se retrouverait lui dit-il, sur un ton jovial. Je me présente, Bibo ! Le petit lutin aux grandes idées ! C’est comme ça qu’on m’appelle ici !

Tristana, remise de sa méprise, lui répond.

- Moi, c’est…

- Tristana ! Eh oui, je connais la chanson ! « Les plus beaux jours finissent dans la peine, haine… Adieu Tristana » etc. Enfin, non… j’ai surtout rencontré des fées juste après que vous ayez failli me transformer en chair à serpent ! J’savais bien que je vous avais déjà vu quelque part ! Dans nos livres d’histoire… Puis, son ton devint plus sérieux. Et alors ce rendez-vous ?

- Oh ! Je l’ignore. En fait, je ne sais pas ce que je veux ! Et j’ignore pourquoi j’ai demandé à rencontrer Dame Nature. Sans doute pour qu’elle sache à quel point j’étais malheureuse…

- Malheureuse ? Vous ? Il rigole. C’est une blague ! Vous êtes ici notre préférée ! Vous êtes la plus belle, la plus gentille. Rien à voir avec cette Diva aux gros nichons pointus… euh ! Je m’égare. Non, sans blague ! On vous adore ici !

- Oui, sans doute parce que je n’habite pas dans votre Royaume. Ici, la nature n’a pas besoin des quatre saisons, le temps n’existe pas et votre soleil brille toute l’année…

- Toute la quoi ? demande Bibo, surpris par ce nouveau mot.

- L’année. C’est un indice temporel que les humains emploient. L’année est séparée par quatre saisons. L’été, le printemps, l’automne et moi. Vous comprenez ?

Bibo fait une grimace d’incompréhension mais répond néanmoins.

- Ah ! Ouiiii… je comprends. Mais, ce que je n’arrive pas à suivre c’est votre délire de persécution. Je suis certain que les hommes vous aiment autant que vos sœurs. Une aussi jolie femme que vous ne peut pas être mauvaise ! La bonté se lit sur votre visage de glace…

- Oui, je sais, mais à croire que les humains ne creusent pas assez pour la déchiffrer. Enfin. C’est mon sort que d’être détestée et bafouée. Je suis la saison du malheur, et rien ni même Dame nature ne pourra changer les choses.

- Ne dîtes pas ça ! Vous ferez pleurer Cendrillon ! Avez-vous déjà fait un sondage pour savoir si les hommes vous détestaient à ce point ?

Tristana est surprise par cette insolite question.

- Non, pourquoi ?

- Je dis ça, je dis rien… mais moi, on m’a déjà parlé de vous ! Et ce n’est pas une petite fée aveuglée par les paillettes et le strass qui m’a parlé de vous, mais un cousin, tout ce qu’il y a de plus cartésien, qui vit dans votre monde.

- Ah bon ? Des lutins vivent sur terre ?

- Mais bien sûr ! Vous oubliez Blanche Neige ? D’accord, ils sont un peu plus grands que moi, mais on peut les croiser. Surtout la nuit dans les forêts. Et bien, je peux vous dire qu’ils vous respectent beaucoup ! Et même qu’ils attendent votre venue impatiemment. C’est normal, ils se sentent plus beaux quand leur peau n’est pas brûlée par le soleil de votre sœur Diva. Il ne faut pas croire, un nain, c’est coquet. Ils tiennent aussi à préserver leur capital jeunesse ! Et, la preuve qu’ils vous respectent et vous aiment. On n’a jamais vu un nain avec un cancer de la peau ! Non, pas qu’ils fuient le soleil, au contraire… mais ils choisissent un soleil de qualité, le vôtre ! Quand il vous arrive de rayonner de joie, ils tendent leur visage et leurs petits bras à l’encontre de vos rayons et se réjouissent d’avoir ce teint doré que vous leur offrez. Un teint, ma foi, très bien assorti avec leur longue barbe blanche et leur petit bonnet rouge.

Tristana est émue et reste sans voix face à cette vague de compliments. Elle s’est trompée, Bibo est vraiment un être charmant. Il vaut bien tous les princes de l’Univers.

- Ce que vous me dîtes est très gentil. J’aimerai vous croire. Mais, toutes ces flatteries n’enlèvent pas le fait que je reste la saison du malheur ! Tant d’humains meurent au cours de mes longues apparitions !

Bibo balaye l’air de sa menotte potelée.

- Foutaises ! Ce n’est pas de votre faute si les hommes sont si fragiles ! D’ailleurs, s’il existe un responsable, ce sont eux-mêmes ! Aujourd’hui, les médecins ont mis tout en œuvre pour qu’ils se protègent. Ils n’ont qu’à se vacciner un peu plus. Une petite piqûre n’a jamais fait de mal à personne ! Et si la misère et le froid tuent encore trop de gens, ce n’est pas de votre faute, ce sont les politiciens qui ne savent pas gérer leur richesse. Ils ne font rien pour les plus démunis. Regardez dans le tiers monde, en Afrique… des gens meurent par millions. Est-ce de votre faute ?

- Non, bien heureusement.

- Eh oui ! C’est alors de la faute de Diva ?

- Non !!! fit-elle indignée !

- Donc, j’ai raison. Vous n’êtes pas non plus responsable des décès qui interviennent entre novembre et février !

Une vague de bonheur envahit Tristana. Bibo est heureux de son effet. Un large sourire illumine le visage de la saison. Elle n’avait jamais vu les choses sous cet aspect. Ce nain était vraiment très futé. Il fallait qu’elle réfléchisse à toutes ces théories qui tenaient la route. Heureuse, elle se relève d’un bond. Ces compliments la ravissent, mais il est temps de poursuivre sa route. Elle remercie son nouveau compagnon, lui prend le visage entre les mains et lui dépose un gros baiser sur ses deux joues rugueuses. Ce fut au tour de Bibo de rougir comme une jeune fille de Province.

- Ooooh… il ne fallait pas ! Je ne dis que la vérité dit-il dans un dernier souffle avant de se retourner afin que Tristana ne voie pas son trouble.

- Merci encore, mon cher Bibo. Et, si tu souhaites croiser Blanche Neige, n’hésites pas à venir me voir !

- Que Dieu me garde ! continue-t-il en partant, le dos tourné. J’ai assez de problèmes comme ça ! J’vous remercie mais j’en ai déjà une, tout de rouge vêtue qui a dû se tromper d’histoire. Et franchement, elle est pas facile à gérer ! Merci quand même…

Le chemin du retour fut placé sous le signe d’une grande allégresse. Tristana venait de renaître. Elle envoya des baisers aux chauves souris et fit même une petite caresse à un rat qui gémit de plaisir. L’ambiance morne et terrifiante de cette grotte devenait aux yeux de Tristana le pays des Merveilles. Pour la plus grande fierté de certains rats qui accompagnaient de près son voyage en faisant la chenille. Une adorable comédie musicale prenait forme sous les yeux abasourdis des chauves souris, furieuses de ne pas pouvoir dormir en paix.

À sa sortie, un beau temps de Printemps accueille Tristana, mais elle doit accélérer le pas, Rosa doit l’attendre impatiemment.  À peine franchit-elle le seuil de ses appartements, que Rosa accourt vers elle, terrifiée.

- Ouf ! Heureusement que tu arrives ! J’ai bien failli me faire lyncher par une association de skieurs !

- Ah bon ? Et pourquoi ? demande Tristana sans pouvoir s’empêcher de pouffer de rire en voyant le visage de sa sœur défiguré par la panique.

- Ne te moque pas ! Et laisse-moi te raconter. Au début, ils étaient ravis de ma soudaine chaleur, mais quand ils virent leur neige se transformer en eau, voire carrément disparaître, ils ont commencé à pester et à me traiter de tous les noms. Le moment de ma venue n’avait pas encore sonné. Aide-moi ! Fais quelque chose ! Retourne vite à ta fenêtre et envoie-leur de grandes rafales de neige ! Tu es beaucoup plus douée que moi dans ce domaine !

 

Tristana court à sa fenêtre. Son apparition provoque une rafale d’applaudissements d’une multitude d’hommes, les skis sur les épaules, réellement heureux de voir leur saison préférée pointer le bout de son nez. Les jeux d’hiver pouvaient à présent se poursuivre. Ses oreilles se réjouissent d’entendre les louanges des humains à son égard. Son cœur de cristal tremblant d’un bonheur glacé, elle parcourt toute l’assemblée joyeuse. Son attention se fixe alors sur la chambre d’hôpital dans laquelle est mort le petit Jules et sa mère. Une nouvelle vague d’émotion lui donne la chair de cygne. Un nouvel homme vient de venir au monde dans un grand cri de joie. Les sages-femmes s’empressent autour du médecin pour le féliciter. Fier de cette réussite matinale, il les embrasse en les remerciant de leur soutien exceptionnel. Le bébé est délicatement posé par la plus jeune d’entre elles au creux des bras de sa mère qui le serre fort. À côté, le père, la larme à l’œil, caresse tendrement le front de cette si douce épouse qui lui a offert la plus belle preuve d’amour que l’on puisse imaginer. Tristana, réjouie de ce spectacle, tourne le regard vers une autre maison d’où sort une grande lueur de bonheur. Une dizaine d’enfants et de petits enfants chahutent autour de leur aïeule pour finalement l’entourer de baisers chaleureux. La vieille dame à la peau fripée et aux dents inexistantes applaudit dans ses mains maigres, pleurant de bonheur.

Tristana se retourne aussitôt vers Rosa et se jette dans ses bras. Le cœur rassuré, elle sait à présent qu’elle a sa place dans la cour des saisons. Elle doit oublier ce spleen causé par ce stupide sentiment d’infériorité.

- Si seulement, je pouvais assister à ce genre de scène plus souvent plutôt que d’assister à des scènes de désolation. Je dois sans doute être trop sensible pour une saison.

- Tu sais, tu n’as pas le monopole du malheur, je dois aussi affronter des décès tous plus horribles les uns que les autres. Il faut rester forte. Je pense même que la plus à plaindre c’est Diva, et ma foi, je trouve qu’elle y arrive avec beaucoup de force voire dénuée totalement de sentiment. Combien de jeunes enfants décèdent des grandes chaleurs de ses flammes ? Sans parler des noyades et des attaques cardiaques ! C’est la vie ! Oui, et si l’on respecte les règles de la vie, il faut accepter la mort, l’aboutissement normal.

À ces mots, Tristana se jette sur le téléphone et compose le numéro de Dame Nature.

- Allô ! Oui, c’est encore moi… juste pour vous dire qu’il ne faut rien changer… vous pensiez faire un roulement avec mes sœurs ? Oh, non ! Pour rien au monde je voudrais me charger de l’été ! Ma beauté se flétrirait… j’accepte avec une grande fierté mon statut de Dame Hiver. Excusez-moi de vous avoir dérangé pour rien… juste une faiblesse. Mais, promis, je serai forte à partir d’aujourd’hui !

Dame Nature raccroche. Tristana a retrouvé sa raison pour le bon déroulement de sa saison. Elle sait pertinemment qu’il aurait été impossible de faire un roulement entre ses différentes sœurs. Ce bouleversement aurait entraîné une catastrophe inimaginable. Cette journée l’a épuisée. Elle voudrait se coucher. Ah oui ! Dernière chose avant de rejoindre son amant Morphée, écrire sur son carnet de bord de ne pas oublier de féliciter son fidèle serviteur Bibo et, surtout, de se rendre demain au village des fées pour les remercier de leur participation. Si Tristana a une meilleure nature que ses autres sœurs, la flatterie et les compliments ont néanmoins eu raison d’elle.

« Bah ! Juste un manque soudain de confiance en soi » pense-t-elle en rejoignant le chemin de son amour, « juste un manque de confiance en soi ! »

 

FIN

 

 

 

 

 

Un délice linguistique…

Un délice linguistique...  dans A voir sur Paris ! deshabillezmots

Léonore et Flor savent manier la langue comme personne… Et française de préférence… Le « petit tas » Robert a bien des tracas à se faire, nos deux jeunes auteures / comédiennes offrent une nouvelle jeunesse à notre vocabulaire injustement recalé devant la révolution du langage SMS. Avec elles, nous sommes plus dans le Sensuel que dans le SM… C’est littéraire sans plonger dans Télérama, populaire sans s’égarer dans les pages de Télé-Loisirs. C’est fin, sexy, dynamique… Deux déesses qui nous clament la légitimité des mots : leur pouvoir et leurs faiblesses, en leur offrant un visage humain. Un vrai délice que notre cher Molière aurait adoré !

A l’Européen jusqu’au 17 janvier… Et de retour en février dans un nouvel écrin à deux pas des Champs-Elysées.

 

Shy’m comme Charme…

Shy'm comme Charme...  dans A voir sur Paris ! SHYM-300x225

Il y a encore quelques semaines… J’avoue… Je connaissais très peu Shy’m… J’observais la jeune chanteuse du coin de l’œil, tout en travaillant sur Lady Gaga ou Mylène Farmer. Je la trouvais belle et talentueuse, voire un peu trop jolie pour être honnête. Toutefois, je ne focalisais pas mon attention sur elle. Un clip passait à la télé, je le regardais ou plutôt je l’admirais. Ses tubes envahissaient ma mémoire et je me surprenais à les fredonner. Peu à peu, et sans vraiment le vouloir, je crois que j’étais séduit par cette jeune femme. Et puis, il y a eu Danse avec les stars où je l’ai entendu parler pour la première fois. Ce fut le déclic. Mince ! Cette fille aurait-elle tout pour elle ? Elle chante bien, danse à ravir… et en plus, elle s’exprime avec grâce, sans aucune once de vulgarité. Un peu comme si j’oubliais son image de Barbie de la pop pour pénétrer une belle âme servie par des si jolis mots… Aussi, quand il a fallu réfléchir à propos d’une nouvelle biographie à écrire, son prénom m’est venu tout naturellement. Shy’m comme Charme. Depuis quelques semaines, je découvre son répertoire, décortique ses interviews, rencontre ses fans. Je suis conquis. Je n’avais plus qu’une peur, c’est que toute cette magie retombe le soir de son premier Zénith. Je n’ai jamais su écrire sur un sujet qui ne m’inspire pas. Je ne suis pas un robot. Et si durant ces derniers jours, je prenais plaisir à écrire sur Shy’m, je plaçais beaucoup d’espoir sur son futur show. J’avais trop peur d’être déçu. Au contraire… Ses larmes d’émotion, cette formidable énergie, cette mise en scène impeccable ont fait que son show fut merveilleux. Je ne me suis pas trompé. Je suis fier de mon sujet. Et j’espère que cette prochaine biographie sera aussi réussie que le fantastique voyage dans son univers qu’elle nous a offert. Oui, quand je vous dis Shy’m comme Charme, je ne mens pas. Célébrons la naissance d’une jeune diva de la pop française. Le glamour n’est pas mort. Je suis un auteur heureux.

« Il était une fois… Shy’m » (Editions Grimal) – Sortie mars 2012

Quand PINKTV célèbre les divas de la Pop !

Quand PINKTV célèbre les divas de la Pop !  POPPROFILES-211x300

Depuis le 3 décembre, tous les samedis à 22h, PINK TV met à l’honneur nos divas préférées de la pop ! Elles s’appellent Rihanna, Britney, Katy ou Gaga… Elles sont adorées par leurs millions de fans qui voient en elles les nouvelles déesses contemporaines. Et pourtant, si elles sont les reines des charts, chacune a connu un parcours bien différent qui la rend unique ! Aussi, pour tout savoir sur ces icônes, POP PROFILES vous invite à savourer ces reportages exclusifs entre confidences inédites et tubes puissants !

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

Dédicaces le 10 décembre à la Mairie du 17ème à Paris…

Dédicaces le 10 décembre à la Mairie du 17ème à Paris...  dans A voir sur Paris ! 383228_10150440041939812_670219811_8277606_2136399721_a

A l’occasion de la 25ème Journée du Livre, je serai en dédicaces avec grand nombre d’autres auteurs de 14h à 19h à la Mairie du 17ème arrondissement ! Your’e welcome !

Jeudi 1er décembre… En dédicaces… Aux Trois Baudet… Mais pas que…

Jeudi 1er décembre... En dédicaces... Aux Trois Baudet... Mais pas que...  dans A voir sur Paris ! 376027_10150421436219812_670219811_8225902_1545045255_n

Demain, 1er décembre, sera une date très symbolique pour moi… Remplie d’émotion… Jeudi sera la fin de l’exposition POP EGERIE by FRANTZ SAUNIER et tout le vague à l’âme que ça pourra entraîner… Mais je fêterai aussi mon dernier jour de traitement contre ce putain de cancer qui s’est épris de moi depuis plus d’un an… Autant vous avouer que cette dédicace prendra un sens bien particulier… De l’espoir vers un avenir meilleur… Beaucoup de nouveaux projets et une envie encore plus criante de clamer « Carpe Diem »… A demain…

POP EGERIE by FRANTZ SAUNIER… Un vernissage très… Diva !

POP EGERIE by FRANTZ SAUNIER... Un vernissage très... Diva ! dans A voir sur Paris ! 391953_10150426212734661_824959660_8197050_485243621_n

Vendredi 25 novembre dès 18h30, le quartier populaire et fêtard d’Oberkampf s’est paré de ses plus beaux bijoux pour se marier au thème de la soirée : le vernissage de POP EGERIE by Frantz Saunier, une exposition « pop strass » consacrée à nos divas préférées, de son Altesse Martine Superstar à la Reine Madonna. Un événement top glamour que l’artiste attendait depuis deux années, date de sa dernière exposition WANTED DIVA. Et force est de constater que notre esthète ne fut pas déçu par la réaction de ses invités qui ont tous salués son évolution, son art et son talent. Bref, une soirée qui a largement tenu ses promesses sur des airs de Mylène Farmer ou de Lady Gaga, soit le meilleur des remèdes pour réveiller la diva qui sommeille en chacun de nous ! 

 

POP EGERIE by FRANTZ SAUNIER 

Jusqu’au 1er décembre, de 14h à 19h 

Galerie Oberkampf, 103 rue Saint-Maur, 75011 

 

Photos : Maxime Chardot. 

376752_10150426216854661_824959660_8197104_2108958638_n dans Divas

392833_10150426229004661_824959660_8197234_11390876_n dans Frantz Saunier

377075_10150426234064661_824959660_8197268_523420385_n

378377_10150426237614661_824959660_8197289_836119126_n

Stars N°1… Mon interview à propos de Lady Gaga… IIème partie !

Stars N°1... Mon interview à propos de Lady Gaga... IIème partie !  dans Divas 388814_245210932199937_162289987158699_661134_1603880054_n

388267_10150419600184812_670219811_8220368_248013953_n dans Mon actu

386072_10150419614179812_670219811_8220436_1672649355_n

 

« POP EGERIE by FRANTZ SAUNIER », la dernière ligne droite !

Ca y est… La nouvelle exposition de Frantz Saunier, POP EGERIE, à la Galerie Oberkampf, 103 rue Oberkampf, 75011 Paris, va ouvrir ses portes… Au passage, un merci à 2X Magazine pour l’avoir annoncé cette semaine…

383999_248664365187927_162289987158699_669705_768387394_n dans Divas

Et à la boutique LUCKY RECORDS pour en faire la promotion !

Ci-dessous le teaser officiel de l’événement le plus Diva et Glamour de cette fin du mois de Novembre. Nous vous y attendons nombreux !

Image de prévisualisation YouTube


12345...81

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
décembre 2016
L Ma Me J V S D
« fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

la bibliographie de Juliett... |
Confidentiel |
Poésie d'Ecosse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Poésie, c'est l...
| bert55
| Cadence infernale.