Un garçon au féminin…

A la lecture de ce titre, comment ne peut pas plonger dans ses souvenirs d’adolescence ? Nous sommes en 1985, Jeanne Mas connaît une merveilleuse carrière et Nicola Sirkis du groupe Indochine nous fait danser sur son tube « 3ème sexe ». Une belle époque so on oublie la coupe au bol, les jans élastiques et les sweat-shirts extra-larges. Mais aujourd’hui, en septembre 2009, ce n’est plus le héros de notre jeunesse qui nous invite à laisse exploser notre part de féminité mais bel et bien Efene à l’occasion de sa première expo photos.
Un garçon au féminin…
A travers ses superbes clichés en noir et blanc, Efene souhaite prendre le contrepied de cette nouvelle image du superbe mâle qui s’exhibe dans les magazines. Le métrosexuel, comme les medias le nomment. Cette nouvelle image de l’homme qui n’est pas pour déplaire à la gente féminine, lassée du mec qui prend plus soin de sa moto que de son apparence. Vite, une douche et un bon déodorant avant de me toucher, darling !
Oui, Efene décide de prendre le contrepied de cette tendance… Et si je ne partage pas son avis, ça lui va plutôt bien. Plutôt que de vouloir caresser le nouvel homme objet dans le sens des poils qu’il s’épile, Efene lui jette un regard sarcastique. Pire, le temps de quelques photos il le plonge dans l’excès contraire : notre bellâtre ne se rase plus, laisse pousser ses poils tout en développant son aspect Diva. Un homme étrange et repoussant ? Peut-être. Mais pour notre artiste, c’est juste un garçon au féminin…
Un garçon au féminin…
Quand Efene m’a proposé de poser… J’ai dit « oui » sans hésiter. J’aimais bien l’aspect glamour décadent que j’avais vu à travers ses premiers clichés. Et pourtant, la pose n’est pas ma spécialité préférée. Le rendez-vous s’est fait chez moi. Le soir. Plus l’instant approchait, plus je commençais à regretter. Moi ? Avec du noir aux yeux et un boa autour du cou… j’allais être ridicule. Direction Sainte-Anne entre une doublure de Michael Jackson et une veuve qui prend son banc pour son défunt mari. Sueurs et agitations cardiaques. Diable, dans quel enfer me suis-je plongé moi qui passait toutes mes saintes journées à écrire sur Vanessa Paradis ? Pour tout vous avouer, j’ai descendu quelques kirs avant de me transformer en cette ingrate créature. Et pourtant, tout s’est déroulé comme dans un rêve. Un maquillage rapide qui m’a évité de me transformer en poupée Barbie, et une séance qui a du durer… allez… une petite dizaine de minutes… même pas ! J’adore travailler dans ces conditions. Pas de boulet aux pieds. Efene savait déjà ce qu’il voulait exactement.
Vite, la porte refermée derrière l’artiste, je me débarrasse de mes artifices afin de retrouver au plus vite mon image de métrosexuel que j’assume et que j’aime… tellement !

Pour admirer les clichés de « Un garçon au féminin », une adresse « Le Mange Disque », 14 rue de la Reynie, 75004 Paris, du 29septembre au 26 octobre… Et rendez-vous pour le vernissage qui a lieu le 29 septembre dès 20h… Des photos de Frantz Saunier, Robin Belfond et tant d’autres… et de votre humble serviteur !

Et on se prend la main, et on se prend la main…

Un garçon au féminin... dans A voir sur Paris ! 7322_1209374108365_1049077764_665251_3068197_n

4272_85657724811_670219811_1700891_6873826_n dans A voir sur Paris !

4272_85657209811_670219811_1700885_4643350_n

0 commentaires à “Un garçon au féminin…”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

la bibliographie de Juliett... |
Confidentiel |
Poésie d'Ecosse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Poésie, c'est l...
| bert55
| Cadence infernale.